Accident de moto dans lequel mon frère Samuel est décédé

shaktigresse
Messages : 0
Inscription : 04 oct. 2013 23:11
Code postal : 81000
Expérience professionnelle : Serveuse, caissière
Contact :

Accident de moto dans lequel mon frère Samuel est décédé

Message par shaktigresse » 05 oct. 2013 00:30

Bonjour,

Suite au décès de mon frère qui circulait en moto( le 6 septembre 2012 à Englefontaine, chaussée brunéhaut ) il était prioritaire et est rentré en collision avec un véhicule traversant la chaussée qui avait un stop, nous avons reçu le procès verbal et je l'ai consulté avec mon avocat.

Il est clair que l'enquête à été menée a charge contre mon frère, et à décharge pour la conductrice.

J'étais dans un état émotionnel de révolte en prenant connaissance du PV il n'y a qu'une semaine, j'ai passé mes jours et mes nuits à le décortiquer, manger et dormir était secondaire pendant toute cette dernière semaine.

Ce que j'ai vu comme un complot contre mon frère Samuel dans le PV, sous le coup de l’émotionnel et de la révolte face à cette profonde injustice n'était peut-être qu'une façon de protéger une dame qui par manque de vigilance avait une part de responsabilité dans un accident mortel, sans intention de donner la mort, elle doit beaucoup souffrir de ce drame également et si on ne peux plus rien pour Samuel on peut protéger les vivants.

Je suis d'accord sur le fond et je demanderais l'indulgence du tribunal pour cette personne s'il y a un procès, je n'ai aucune haine contre la conductrice.

Sur la forme je ne peux pas accepter, Samuel a sa part de responsabilité mais ne dois pas assumer toute la faute, ce serait nier la responsabilité de chacun et je ne pense pas que cela soit bénéfique pour faire évoluer les consciences.

Je pense que même si cela est douloureux il faut mettre les gens face à leur responsabilités afin de les faire évoluer.

Samuel était quelqu'un d'exceptionnel, nous sommes issue d'une fratrie de 6 enfants mais nous avions formé une bulle très fusionnelle depuis l'adolescence, c'est comme si j'avais perdu mon jumeau.

Nous étions deux enfants précoces à l'école d'un petit village et n'avons pas été détectés, nous avions la même vision du monde, du fonctionnement de la société, nous avons grandi dans un climat familial violent.

A l'adolescence mon frère a rempli le rôle de protecteur pour moi négligé par mon père et depuis nous avons toujours veillés l'un sur l'autre, nous étions toujours très proches ( j'habite aujourd'hui le Tarn), avec son métier de routier international la distance ne nous empêchait pas de nous voir, j'adulais mon frère et après ce drame j'ai sombré dans une profonde dépression, j'ai fait de l'anorexie et j'ai perdu 17 kilos, j'ai dû lutter contre l'envie de mourir et ai même essayer de m'asphyxier avec son foulard une nuit à 3h du matin, passage à l'acte désamorcé par une prise de conscience de la douleur que j'infligerais à mes proches.

Depuis un mois, après la date du 6 septembre, je vais mieux mais j'ai besoin de me battre pour que la mémoire de Samuel soit respectée, c'est viscérale pour moi.

Le procès verbal est nul mais je ne peux pas invoquer la nullité sous peine de faire classer l'affaire, je dois rédiger mes 2 projets pour l'ODJ, je suis très affaiblie par cette dernière semaine très intense en émotion mais je tiens absolument à le faire, j'accepterais volontiers vos conseils.

Le procès verbal et l'expertise...

Une multitudes de questions insidieuses de la part de la gendarmerie sur la responsabilité potentielle de mon frère ( il en a une, il roulait trop vite ) et sa moralité.

Juste deux questions à la conductrice sur des faits concrets, pourquoi le levier de vitesse était en 3ème après un redémarrage, et sur le fait que son frein à main était mis, le temps d'audition de la conductrice au total pendant sa garde à vue, n’excède pas 1 H, entre la notification des droits, les temps de repos et autre formalités...

La conductrice dit qu'elle a peut-être voulu remettre sa voiture au point mort après le choc par réflexe, une vitesse en 4ème ou 3ème aurait été plus logique, en 3ème cela implique plusieurs actions qui ne colle pas avec un réflexe, je ne pense pas que la conductrice ait grillé le stop, mais elle a pu redémarrer en 3ème et "brouter" voir caler sur la chaussée, l'expert adhère a l'explication de la conductrice et ne soulève pas cette hypothèse.

Elle a été entendu 30 mn le soir de l'accident (4h de garde à vue) son état de choc n'était pas compatible avec la garde à vue, puis 30 minutes le lendemain, dans sa première déclaration elle parle des dommages qu'a subit son véhicule, le lendemain elle pense à mentionner le décès de mon frère, elle refuse depuis un an de nous parler, alors que nous ne lui en voulons pas, je comprend aujourd'hui que c'est parce qu'elle a occulter de préciser quelques précisions très importantes dans le déroulement de l'accident.

Les gendarmes et l'expert n'ont pas tenu compte du fait que d'autres véhicules étaient en cause, notamment un véhicule EDF garé prés de l'intersection, la visibilité est à peine suffisante pour une circulation des véhicules à 50km/h selon l'expert dans des conditions normales, je le certifie.

Je précise que la moto à glissé juste avant le choc, elle n'a pas touché la voiture,c'est le corps de mon frère qui est rentré en collision avec le véhicule de la conductrice, son examen de corps externe présente très peu d'abrasion.

Je connais très bien ce carrefour très accidentogène et la visibilité est nulle lorsque des véhicules y sont garés, il estime la vitesse de mon frère à 105 km/m, je réfute cette hypothèse même si je concède qu'il devait rouler au dessus de la vitesse autorisée de 50km/h, au vu des dégâts des deux véhicules et de l'examen du corps de mon frère, qui ne correspondent pas à la haute cinétique soulevé par l'expert, à cette vitesse mon frère aurait percuté la voiture à environ 80 km/h, c'est impossible, il aurait était broyé à cette allure, il faisait 1,79 mètres pour 95 kg, sachant que l'énergie cinétique d'un corps de 75kg lancé a 30 km/h pèse 2 tonnes, le véhicule de la conductrice aurait été bien plus endommagé, les organes vitaux ayant leur propre énergie cinétique également auraient éclatés, cela me paraît illogique sachant que mon frère a succombé à un hemmothorax droit, bien localisé, il avait quelques fractures, sur le haut du corps, bras côtes...
Avec une bonne visibilité la conductrice aurait dû voir à 140 mètres, et Samuel à 160 mètres, mon frère n'a freiné que sur 20 mètres avant le choc.

Toutes les expertises toxicologiques de mon frère ( négatives ) sont bien détaillées dans le procès verbal, aucune trace de ceux de la conductrice qui dit y avoir était soumise.

J'ai rassemblais de nouvelles attestations concernant les autres véhicules mis en cause, notamment sur une 205 blanche qui aurait pris la fuite et qui appartiendrait à une fille d'une riveraine proche de l'intersection et qui aurait manœuvré sur la chaussée quand mon frère arrivait, ce véhicule partiellement engagé s'est arrêté pour le laisser passer car mon frère n'a jamais quitter sa voie de circulation, à aucun moment jusqu'au choc.

Les traces de freinage de la moto, à ce niveau sont proche de la ligne blanche au centre de la chaussée comme s'il avait évité quelque chose, puis repartent vers la droite lorsqu'il a essayé d'éviter le deuxième véhicule qu'il a heurté, personne ne met en cause le nom de la propriétaire de la 205 blanche sur les attestations car elle est gendarme, des attestations précise que ce véhicule à pris la fuite mais les gendarmes n'ont pas relevés, je possède juste un témoignage d'une conversation sur Facebook ou elle est identifiée, qui je pense n'a pas de valeur et un témoin qui parle de la fuite de ce véhicule dans le procès verbal sans l'identifier mais j'ai des attestations mettant en cause le véhicule EDF, nous allons demandé un complément d'enquête auprès du procureur que nous ne sommes pas sûr d'obtenir.

J'ai relevé encore une multitudes d'incohérences dans le PV et l'expertise, je compte faire une expertise à Toulouse avec un expert possédant le logiciel de simulation d'accident d'ici un mois et je dois trouvé les failles de la jurisprudence afin d'être entendue dans cette affaire.

J'espère trouver ici un soutien car je suis seule, j'ai un avocat qui représente notre famille mais il ne fera pas ce travail à ma place, je peux répondre à d'autres questions si vous en avez, je connais le procès verbal par cœur.

Merci à vous.

Répondre

Revenir à « Délits contre les personnes »